Quelques tweets...

  • la loi sur le microcrédit en France est passée hier 2010-04-28
  • les milliards de tweets, la library of congress qui commence à tout stocker... hallucinant 2010-04-16
  • demain, des nouvelles du Cambodge sur le blog Veecus... vous saurez tout sur la vie des projets d'entrepreneurs 2010-04-06
  • Profil Twitter...

Posting tweet...

Les Women Groups en détails…

Léa/ Inde / 22 Juillet 2009

Après l’explication “théorique”, un peu plus de détails sur cette rencontre avec les women groups…

Nous sommes donc partis hier accompagnés de Durpan dans la « Kakdwip branch » de VSSU, situé dans la zone des Sudarbans. Le voyage pour atteindre les bureaux a déjà été une aventure en soi.
Nous avons du prendre le train à Lashkmikantapur (en prenant le rickshaw de VSSU à la gare) où j’ai pu, de nouveau, observer le dynamisme invraisemblable de l’économie indienne : des vendeurs de tout, partout. Fruits, bijoux, gâteaux, lampes de poche, bouteilles de Perrier : vous avez tout sous la main. Les marchands ambulants passent d’un wagon à l’autre à la recherche de clients. Ils n’en manquent pas ! Il y a du monde dans les trains et les marchandises sont très bon marché donc se vendent très bien.

Arrivés à bon port nous reprenons le rickshaw jusqu’à la « Branch office ». Nous rencontrons le « Branch manager » et les « collectors » (3). Durpan nous explique le fonctionnement général de Kakdwip. Et après avoir compris les rudiments, nous partons sur le terrain.

p1000339-resolution-de-lecran

Les groupes de femmes que nous devons rejoindre sont situés dans des villages assez reculés : on doit prendre divers rickshaws, marcher, s’enfoncer dans des petites sentiers boueux au milieu des rizières pour enfin atteindre le lieu du meeting.

C’est un miracle de voir marcher un tel système ! Les collectors doivent se rendre dans les endroits les plus reculés avec un timing très précis pour pouvoir récolter le plus d’argent possible et offrir à leurs clients les meilleurs services.

Nous arrivons enfin à notre premier lieu de rencontre avec un groupe de femmes composé d’une dizaine de personnes. Nous avons l’occasion de leur poser toutes les questions que nous voulons grâce à Durpan qui peut tout traduire. Le contact est très bon. Les femmes semblent parler librement et nous adressent de grands sourires. Elles nous racontent en quoi les prêts de VSSU ont changé quelque chose dans leur vie, comment elles s’en servent, en quoi elles sont plus indépendantes qu’avant, etc. L’échange est très fructueux (il fera peut être l’objet d’un autre article).

p1000307-resolution-de-lecran

Après avoir beaucoup parlé nous partons vers un nouveau groupe de femmes qui nous attend déjà. Suivant un chemin tout aussi compliqué et tortueux que pour la première rencontre, nous nous retrouvons assis dans une chambre. Les passbooks sont collectés ainsi que l’argent. Nous avons l’occasion de poser les mêmes questions à ce nouveau groupe afin d’avoir une idée plus globale sur l’impact des prêts sur la population locale. Le dialogue est toujours très libre et Durpan n’hésite pas à leur demander quelles sont les choses qu’elles aimeraient voir améliorer concernant les services de VSSU.

Nous comprenons que le temps tourne et qu’un troisième groupe nous attend ! Elles se sont réunies principalement pour nous parler car ce n’est pas jour de collecte. Nous avons donc la possibilité d’entamer de nouveau un dialogue très riche avec elles. La responsable du « center » fait office de porte-parole, nous explique comment fonctionne les groupes, ce qu’il se passe s’il y a un problème avec un de ses membres, comment elles ont pu ouvrir et faire prospérer leurs activités, etc.

Ces échanges sont passionnants. Pouvoir être face à face avec les clients donne beaucoup plus de réalité à la « microfinance ». On comprend beaucoup mieux l’impact que ces prêts peuvent avoir, les relations que les clients ont avec leurs IMFs, les problèmes qui peuvent se poser. Les longues explications que nous aurons ensuite au bureau avec les employés et le branch manager m’éclairent encore davantage. Nous abordons toutes sortes de points essentiels concernant : le type de produits, la compétition avec les autres IMFs, les procédures, le rôle de chacun, les différents types de clients, etc.

Nous en avons fini avec les groupes et nous allons prendre un petit repas dans un restaurant près d’un des marchés avec lequel travaille VSSU. Nous mangeons avec la main droite comme il est coutume, et repartons vers notre bureau (en empruntant les mêmes moyens de transport : rickshaw, train, rickshaw, marche). Je vais essayer de vous poster une vidéo rapide d’un voyage en rickshaw mais la connexion ici étant difficile je ne garantis rien !

A très bientôt !

4 commentaires à Les Women Groups en détails…

  • Jerome

    Très intéressant compte rendu d’une journée chez Veecus. Bien sûr très “preneur” d’informations sur les différents problèmes évoqués (impact des prêts, problèmes rencontrés,etc…).

  • En fait c’est une journée chez “VSSU” (on s’y perd dans tous ces noms).
    J’espère pouvoir faire un article plus complet sur les problématiques abordées avec ces women groups et avec le staff de VSSU a la branch office.

  • lolo

    coucou
    je suis passionnée par tout ce que tu racontes confortablement installée derrière mon ordi
    c’est quoi IMFs?
    dans vos déplacements vous vous occupez et des collectes de fonds et des bénéficiaires de ces fonds?
    j’ai un peu de mal avec tous les noms mais je te suis pas à pas
    comment te sens tu ? dis moi qd tu pourras comment tu te fais à cette vie ce que tu ressens
    je pense fort à toi besos

  • Alors petite explication du jargon microfinancier :
    IMFs = Institutions de Microfinance

    pour ce qui est des déplacements, les “collectors” ou “community organizers” s’occupent de récolter principalement l’argent. ils peuvent aussi tenter d’offrir leurs services à de nouvelles personnes susceptibles d’être intéressées.

    Le travail de “développement de la communauté” au sens large se fait à un autre niveau. L’argent récolté par les activités de microfinance sont réinvestis dans des programmes sociaux du type: construction d’écoles, institut où l’on s’occupe d’enfants très défavorisés, bibliothèque, etc.

    voila!
    j’espère que c’est un peu plus claire :) c’est vrai qu’on s’y perd vite!

Laisser un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

IMPORTANT! Pour laisser un commentaire, vous devez résoudre la petite opération ci-dessous (pour vérifier que vous êtes un humain!)

Combien font 9 + 7 ?
Please leave these two fields as-is:

Votre commentaire apparaîtra sous peu, après modération!