Quelques tweets...

  • la loi sur le microcrédit en France est passée hier 2010-04-28
  • les milliards de tweets, la library of congress qui commence à tout stocker... hallucinant 2010-04-16
  • demain, des nouvelles du Cambodge sur le blog Veecus... vous saurez tout sur la vie des projets d'entrepreneurs 2010-04-06
  • Profil Twitter...

Posting tweet...

Collecte des remboursements !

Lundi 20 juillet, première expédition pour collecter l’argent des remboursements avec les agents de crédits et la “cashier” (caissière).
Alors que je pose le pied dans l’institut, je me précipite vers l’agent de crédit, Vanna, pour lui demander si il va voir des clients aujourd’hui. Je suis obligé de me faire traduire car il ne maîtrise pas très bien l’anglais. Il répond encore une fois qu’il ne parle pas anglais et que je risque de m’ennuyer mais je lui fais dire qu’il n’y a pas de problème et que je ne ferai qu’observer. Je tenais absolument à voir les clients d’une part pour participer au travail de terrain (même si cela est compliqué étant donné mon incapacité à articuler 3 mots d’affilés en Khmer…) mais aussi pour soumettre mon questionnaire d’impact social aux clients.
Nous repartons dans la commune où nous étions déjà aller une fois pour voir un client en retard. Une quinzaine de minutes sur la route nationale 5, route principale reliant Battambang à Phnom Penh puis un chemin de terre rouge bordé d’habitations en bois et bambous, de rizières, de travailleurs courbés sous un ciel gris menaçant. Il est 08h45, nous quittons le chemin de terre principal toujours en moto slalomant dans des sortes de ruelles entre les maisons sur pilotis et les cabanes. Le chemin n’est pas large, il nous faut rabattre tout ce qui dépasse de la moto et faire attention aux racines d’arbres et aux trous.

Petite ruelle entre les maisons

Petite ruelle entre les maisons


Nous arrivons enfin chez le “village banker”. C’est la personne responsable d’accueillir les clients qui viennent rembourser et effectuer les paiements. Ce “village banker” est choisi comme personne de confiance (le précédent “village banker” “has escaped” aux dires de Rina, la caissière de Battambang Branch) et référent des autres clients.
L’ambiance est excellente et il est toujours agréable d’entendre des cambodgiens converser car la langue khmer est assez musicale. On ne comprend pas mais cela fait sourire et les Khmers sourient beaucoup surtout lorsque vous êtes un occidental non-touriste ! Nous nous installons sous la maison qui est sur pilotis où les hamacs sont installés ainsi qu’une grande paillasse.
Les jarres pour collecter l'eau de pluie : seule source d'eau.

Les jarres pour collecter l'eau de pluie : seule source d'eau.


Autour de nous une truie et ses petits qui viennent la réveiller pour têter, les poules et les coqs font leur concert, viennent picorer mes chaussures et plusieurs chiens traînent de positions allongées en positions allongées. Les troupeaux de vaches au sein desquels nous avions slalomé quelques minutes avant s’éloignent au loin.
La truie et ses petits

La truie et ses petits


Les premiers clients arrivent et les relations avec les agents de crédits sont bonnes et cordiales, on sourit, on rigole, on se raconte sûrement des blagues (??). Vanna va chercher les clients en moto ou bien les prévient que nous sommes ici. Les deux premières clientes se voient donner un reçu en échange de leur remboursement. Je dis cliente et je n’aurai pas du préciser étant donné que je n’ai recontré que des femmes clientes pour le moment sur 10 clients ! Au moment de la signature du reçu, il est intéressant de voir que certaines ne font qu’un vague gribouillis, symbole peut être de leur faible maîtrise de l’écrit. Il n’y a pas trop de temps morts entre les clientes. Elles doivent cependant passer à la dure obligation de répondre à mon questionnaire.
Une cliente s'interrogeant sur la réponse à donner

Une cliente s'interrogeant sur la réponse à donner


Le fameux sourire khmer

Le fameux sourire khmer


A mon grand étonnement, bien que traduit en khmer, les agents de crédits ne comprennent pas vraiment le sens des questions… Toujours est-il que les clientes se prêtent au jeu des questions-réponses.
On ne comprend pas le questionnaire...

On ne comprend pas le questionnaire...


Nous quittons la “village banker” encore allongée dans son hamac pour visiter un autre client.
La village banker dans son hamac

La village banker dans son hamac


Nous arrivons sur une énième habitation en bambous, tôle, bois. Le vieux papi qui habite là à l’air de se réveiller. Il s’habille et nous partons à la “Commune”, sorte de mairie (Il faut savoir qu’il y a trois niveaux : le district qui rassemble plusieurs communes, la commune qui rassemble plusieurs villages et le village qui rassemble plusieurs…maisons !).
La "commune" n'est qu'un petit bâtiment fait de bric et de broc
En effet, j’apprends que la femme de ce vieux monsieur “has escaped” elle aussi et qu’il n’a pas d’argent pour payer. Je pense que par “escape”, les khmers entendent qu’elle n’est pas là car je vois mal la femme de ce monsieur partir d’un coup pour ne pas rembourser. Toujours est-il qu’un papier est émis dans lequel le mari de la cliente s’engage à payer d’ici 3-4 jours. Les clients ne signent pas ce genre de papier mais mettent l’empreinte de leur pouce. Ce qui ferait un tollé chez nous semble être totalement admis ici !
Après avoir ramené ce vieux monsieur nous repartons sous des trombes d’eau dans nos grands k-ways, courbés sur la moto qui se déplace latéralement au grès du vent !
Voilà donc pour ce qui est de mes premières réponses au questionnaire !

Laisser un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

IMPORTANT! Pour laisser un commentaire, vous devez résoudre la petite opération ci-dessous (pour vérifier que vous êtes un humain!)

Combien font 9 + 14 ?
Please leave these two fields as-is:

Votre commentaire apparaîtra sous peu, après modération!