Quelques tweets...

  • la loi sur le microcrédit en France est passée hier 2010-04-28
  • les milliards de tweets, la library of congress qui commence à tout stocker... hallucinant 2010-04-16
  • demain, des nouvelles du Cambodge sur le blog Veecus... vous saurez tout sur la vie des projets d'entrepreneurs 2010-04-06
  • Profil Twitter...

Posting tweet...

La vie quotidienne à VSSU dans le Bengale

A mon tour de parler un peu des jours ordinaires dans une institution de microfinance. Après ces derniers articles sur mes expéditions dans le Bengale et sur le cyclone Aila, j’ai pensé qu’il était temps d’explorer un petit peu le quotidien à VSSU. En effet, chaque jour n’est pas forcément rempli de voyages !

La journée à VSSU commence officiellement à 9h du matin. Tandis que retentit l’hymne national indien, les employés se tiennent debout dans le hall d’entrée, puis rejoignent leurs bureaux. Ambiance solennelle !

A 13 heures, c’est le moment de déjeuner. 30mns de pause, pas plus ! Eh oui, en Inde on travaille dur. Pensez que même les samedis on travaille ! On est loin des 35 heures. En parlant de déjeuner, un petit mot sur la nourriture : ce n’est pas très varié! A chaque repas, une série de plats : le riz avec les pommes de terre bouillies, les pommes de terre frites en sauce épicée (« aloo »), les pommes de terre bouillies en sauce épicée, le poisson. Des fruits en dessert (lychees, pommes, oranges, goyaves…) Un jour ou deux par semaine, on a droit à du poulet.

Plein d'arêtes mais bon!

Plein d'arêtes mais bon!

Le déjeûner est toujours l’occasion d’échanger avec Pal-babu et Su-babu (comprendre « monsieur » Pal et « monsieur » Su) qui mangent avec nous. Leur anglais est approximatif, mais il est possible de communiquer dans la bonne humeur sur des choses simples et d’apprendre de nouveaux mots en bengali !

Le travail reprend ensuite jusqu’à 18h, l’après-midi étant rythmée par les nombreuses tasses de thé au lait que consomment les Indiens. Mais en réalité de nombreux employés restent dans les bureaux jusque 19h, 20h, voire minuit parfois !

Ce que j’ai trouvé intéressant à VSSU, c’est la confusion totale entre lieu de travail et lieu de vie. En effet, de nombreux employés ne sont pas originaires de Ullon et dorment à VSSU en semaine. Certains rentrent chez eux le dimanche. Pour les stagiaires comme Inacio et moi, en tout cas, VSSU est à la fois bureau et lieu de vie !

Les conditions de vie sont assez spartiates, d’un point de vue européen bien sûr. L’électricité est souvent coupée, et le groupe électrogène n’est pas utilisé la nuit : en périodes de forte chaleur, notamment juste avant la mousson, cela rend le sommeil difficile !

Un mot sur l’eau : il y a trois sources. L’eau en bouteilles, pour boire, que l’on achète à la petite épicerie du village. L’eau du « tubewell » (puits), qui s’obtient devant VSSU, et enfin l’eau du « pond » (étang), qui provient de l’étang derrière VSSU. Ce n’est pas évident de s’y retrouver ! A mon arrivée, j’utilisais l’eau du pond pour prendre ma douche (mais en fermant les yeux), et passais du désinfectant sur le corps ensuite en rinçant avec l’eau du tubewell, dans un seau. J’ai fini par utiliser exclusivement l’eau du tubewell pour me laver. Cela me semblait plus rapide et moins nocif.

L'étang derrière VSSU

L'étang derrière VSSU

La salle de bain. L'eau du tubewell se trouve dans le seau bleu.

La salle de bain. L'eau du tubewell se trouve dans le seau bleu.

L’eau du pond est en effet particulièrement sale : les vaches y font leurs besoins, les serpents et les rats y nagent… En période de mousson, la pluie abondante vient la « nettoyer », mais en période sèche l’eau est plus dangereuse.

Autre élément incontournable du quotidien à VSSU : les insectes. A partir de la tombée de la nuit, vers 18h, ils deviennent omniprésents (les fourmis étant omniprésentes toute la journée). J’ai rarement vu une telle variété d’insectes dans ma chambre ! Les moustiques, évidemment, sont de la partie. Ils sont épaulés de dizaines de sortes de petits insectes volants, dont certains clignotent la nuit. Par terre, on retrouve bien sûr les cafards, ainsi qu’une espèce que je n’avais jamais vue avant. Elle ressemble aux cafards, mais en plus grand et en plus lent.

Plus grand et plus répugnant qu'un cafard, c'est possible!

Plus grand et plus répugnant qu'un cafard, c'est possible!

Les insectes sur la moustiquaire

Les insectes sur la moustiquaire

Heureusement, les innombrables geckos sont là pour faire un petit peu de nettoyage.

Deux geckos en position compromettante!

Deux geckos en position compromettante!

Laisser un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

IMPORTANT! Pour laisser un commentaire, vous devez résoudre la petite opération ci-dessous (pour vérifier que vous êtes un humain!)

Combien font 2 + 7 ?
Please leave these two fields as-is:

Votre commentaire apparaîtra sous peu, après modération!