Quelques tweets...

  • la loi sur le microcrédit en France est passée hier 2010-04-28
  • les milliards de tweets, la library of congress qui commence à tout stocker... hallucinant 2010-04-16
  • demain, des nouvelles du Cambodge sur le blog Veecus... vous saurez tout sur la vie des projets d'entrepreneurs 2010-04-06
  • Profil Twitter...

Posting tweet...

Nouvelles: Janvier - Mars 2011

Il nous reste encore des prêts en cours de financement…

Yvonne Abagma

Susan Atemnkeng

Susan Atemnkeng

Susan Atemnkeng

Please lend today...

2010 – Veecus continue à progresser … Malgré une année difficile, ponctuée par une perturbation de l’activité durant plusieurs mois pour la recherche et la mise en place d’une nouvelle Direction, 2010 a quand même vu une belle progression de l’activité.

Les prêts Veecus ne sont pas rémunérés, mais ils sont garantis par le partenaire local du micro-emprunteur. Ainsi, depuis le lancement de Veecus en 2008, et 2010 ne fait pas exception, tous les prêts ont donc été honoré par nos partenaires. Afin de vous donner plus d’information sur l’action de ces partenaires sur le terrain, nous allons partager avec vous des informations sur ceux-ci.

Voici une image de l’évolution de Veecus ces trois dernières années :

Croissance Prets Veeucs - 2008 a 2010

Partenaires Veecus 2008 - 2010

En 2011, nous avons comme objectif de multiplier par 50 nos chiffres 2010 ! Comment pouvons nous y parvenir ? De trois manières :

  • Nous devons augmenter le nombre et la fréquence des prêts sur le site.
    • Tout d’abord en encourageant nos partenaires locaux à soumettre de nouveaux prêts de manière plus régulière, par exemple toute les semaines ou deux semaines (et d’ailleurs, OASIS Microfinance a commencé à le faire).
    • Ensuite, nous allons nous joindre à une association de soutien à la microfinance ayant déjà des partenariats avec des ONG.

      De cette façon, nous allons pouvoir rapidement augmenter le nombre de partenaires mais aussi notre couverture géographique.

  • Nous devons augmenter le nombre de membres, en commençant par s’ouvrir à l’Europe. Et vous pouvez nous y aider, car vous êtes déjà 800 dont presque 500 membres actifs !
    • Alors pourquoi ne pas envoyer le lien Veecus à 10 personnes parmi vos proches, vos amis ou encore vos collègues ? Très rapidement nous pourrons atteindre les 5000 membres !
    • Et ensuite, à leur tour de faire suivre le lien !
  • Enfin, nous allons engager un collaborateur permanent.

Nouvelles des micro-entrepreneurs

Andin Mbella
Andin MbellaLes conseillers OASIS sur le terrain ont constaté que grâce au prêt soutenu par les membres Veecus, Andin Mbella a pu s’acheter un hectare et demi de terre agricole supplémentaire pour son commerce d’ananas. Cela a contribué à améliorer sa situation économique et lui permet désormais de payer les frais de scolarité de ses enfants sans devoir faire des choix difficiles.

Juliet Lekelefac
Juliet LekelacTrès rapidement Mme Juliet Lekelefac a réussi à rembourser son prêt et cela sans aucune difficulté. Grâce à ce prêt, elle commerce donc maintenant des fruits, mais aussi du riz et du garri.

Malheureusement pour elle et sa famille, elle nous a également fait part du décès d’un de ses petits-enfants, à la suite d’une morsure mortelle de serpent .

Chenwi Nganga
Chenwi NgandaAvec les bénéfices de sa micro-entreprise soutenue par le prêt Veecus, la maison de Mme Chenwi Nganda est maintenue reliée au réseau électrique ! De plus, elle s’est ouvert un compte d’épargne et pourra ainsi avec ses économies payer les études de ses enfants en septembre prochain

Nouvelles de nos institutions de microfinance partenaires (IMF)

Bon nombre d’entre vous nous le réclame, et nous avons donc commencé à récolter ces informations de nos partenaires locaux. Dans nos prochaines newsletters, nous serons donc en mesure de vous relayer des données telles que : le montant d’un prêt moyen, les taux d’intérêts pratiqués, la durée moyenne d’un prêt, le taux de non-remboursement, le niveau de dette des micro-entrepreneurs, les types d’activités soutenues par l’institution (en général et avec les prêts Veecus), la composition type d’un foyer bénéficiant de ces prêts etc.

Twitter et Facebook

Est-ce que vous nous suivez déjà sur Twitter et Facebook ? Si ce n’est pas encore le cas, n’hésitez plus !! Nous suivons nous-mêmes un certain nombre d’organisations et de publications dans le domaine de la microfinance. C’est donc un excellent moyen de vous tenir informés et de vous renseigner sur tous ces aspects.

Le saviez-vous ?

Votre profil Veecus est un excellent moyen de partager avec tous les autres membres vos motivations et vos idées sur des sujets qui nous concernent. Alors pourquoi ne pas prendre 5 minutes pour mettre à jour votre profil avec un logo, une photo, vos passions, ou tout autre chose qui vous identifie au mieux. Il vous suffit ensuite de compléter les différentes rubriques de votre profil Veecus.

Et surtout n’oubliez pas de bien renseigner votre pays et ville (au minimum). Cela nous permet ainsi de vous localiser sur la carte Google, afin de montrer le « réseau Veecus » de co-prêteurs et micro-emprunteurs. Ces informations ne sont pas partagées en dehors du site. De plus, lorsque vous lancez une collecte, cela vous permet aussi de voir l’étendue de votre appel … Corporate members

Entreprises Engagées

Si vous souhaitez promouvoir Veecus et le prêt solidaire au sein de votre entreprise, ou auprès de votre employeur, n’hésitez pas à nous contacter ! Nous sommes là pour cela, pour accompagner et encourager les entreprises dans cet engagement. Faites suivre nos coordonnées (info@veecus.com) et nous reprendrons directement contact afin d’expliquer notre gamme de Services Corporate.

Nos partenaires locaux en microfinance :

Partenaires Veecus en microfinance : CBIRD Partenaires Veecus en microfinance : MicroFinance
Partenaires Veecus en microfinance : Oasis Microfinance Partenaires Veecus en microfinance : VSSU

Newsletter: January - March 2011

We still have incomplete projects awaiting financing…

Yvonne Abagma

Susan Atemnkeng

Susan Atemnkeng

Susan Atemnkeng

Please lend today...

2010 – Veecus continues to grow … Despite the challenges and management changes that interrupted our activities for several months in 2010, last year showed another increase in our portfolio of projects and micro-entrepreneurs financed.

As a Veecus lender, you lend interest-free to the micro-entrepreneurs, however the loans are fully guaranteed by the respective local micro-entrepreneur financial partner. Thanks to this guarantee, we have not had a single default since the launch of Veecus in 2008 and 2009, and this was again the case in 2010. All loans were reimbursed in time by our partners. In order to give you an idea of how valuable this guarantee is, we are going to share with you some field information provided by our local partners.

Below are some of the statistics since the launch of Veecus in 2008:

Veecus lending growth

Veecus partners

In 2011, we would like to take these numbers and multiply them by 50! How can we achieve this ambitious target? In 3 different ways:

  • We must increase the number of loans available for financing on the website.
    • First, with our existing partners placing loan requests more regularly on the Veecus website (OASIS Microfinance has already started to do so).
    • Second, we are going to partner with a microfinance association that is already active with a number of NGO’s.

This way we will be able to increase the number of partner Microfinance Institutions (MFIs) and reach new countries and regions.

  • We must increase the number of Veecus members, and why not start with Europe. And the best way to do this is if you help us. There are already almost 800 Veecus members, of which almost 500 are active members. Here is how:
    • If each one of you forwards the Veecus link to 10 relatives, friends, colleagues, we could very quickly reach 5000 members. And then they would in turn do the same, and so on…
  • Veecus is going to hire a dedicated permanent staff member.

News from the micro-entrepreneurs

Andin Mbella
Andin MbellaThe OASIS impact assessment team noted that due to the loan Andin Mbella received, he had been able to acquire one and a half hectares of additional farmland on which he was able to cultivate more pineapples trees. This definitely has upgraded his financial situation and he says he will now be able to pay for his children school fees, no more tears.

Juliet Lekelefac
Juliet LekelacMrs Juliet Lekelefac was able to meet her loan repayment schedule promptly. Thanks to the loan she received, she does not only sell fresh produce as before but she is also now retailing rice and garri.

On a more personal note, we were saddened to find out that her grandchild was bitten by a deadly snake and did not survive. We send our condolences to Mrs. Lekelefac and her family.

Nganda Chenwi
Chenwi NgandaThanks to the benefits arising from the loan that was extended to her, Mrs Nganda Chenwi has been able bring electricity to her home. She has also opened a savings account. She says the savings will be used for her children’s education next September.

News from the micro finance institutions (MFI)

Many of you asked for this kind of information, so we have been pushing our partners to share with us as much information as possible. In our next newsletter, we will be publishing information such as average loan size, average interest rates charged, average loan duration, default rates, level of indebtedness of micro-entrepreneurs, types of businesses supported, gender/family size etc. Of course, some details may not be available, but the objective is to gradually collect and provide you regular updates from our local partners.

Twitter and Facebook

Are you following us yet? If not, you should be! We are connected to a number of interesting microfinance information providers, and this is the best way to learn or simply stay informed about this topic.

Did you know?

Your Veecus profile is a good way to promote your motivations, thoughts and ideas to other members. Why not take 5 minutes to update it with a logo, your photo, your passions and ambitions, or anything that best identifies you. And finally, try to be as precise as possible about your location. This will ensure that our Google maps of co-lenders and borrowers is as accurate as possible. We do not share these details, as they are only used for location purposes and when reimbursements are requested.

Additionally, if you are going to create a fundraising campaign, it is another way for people know why you are doing this.

Corporate members

If you would like your employer, or your own company, to join as a Veecus Corporate, wait no longer! Give us their contact details (info@veecus.com) and we will be in touch with them to explain our Corporate Services offer.

Our local microfinance partners:

Veecus microfinance partner: CBIRD Veecus microfinance partner: MicroFinance
Veecus microfinance partner: Oasis Microfinance Veecus microfinance partner: VSSU

Newsletter: November - December 2010

We still have incomplete
projects awaiting financing…

Catherine Njomo needs your help, click to lend with Veecus microcredit...

Jackqueline Langmia  needs your help, click to lend with Veecus microcredit...

Linda Adudeh  needs your help, click to lend with Veecus microcredit...

Click and take action today! Click to lend with Veecus microcredit...

Thank you and Congratulations!!! As announced back in our October Newsletter, Veecus is now back up and running. Indeed, since then, 10 new loans have been approved and published on the site, and 60% were fully financed within that very short period of time! Thanks to your commitment and generosity, things are moving. Furthermore, we were pleased to see the first projects in Peru from our new micro-finance partner X-Microfinance. They were pleasantly surprised by your motivation and the speed at which they were financed.

However, we still have 4 incomplete projects awaiting financing, in Cameroon. As you may know, loan requests are kept "live" for approximately 2 months. It would be a pity to miss our financing target and have to reject these requests, especially as some of you still have funds (from previous reimbursed loans) pending on your Veecus accounts. Why not use the various functionalities available on the Veecus platform to help us gain new members and fund these, and other, projects :

  • Re-use the money from earlier (reimbursed) loans: You don’t need to take out your credit card – Just click and finance the project(s) of your choice, the money is already on your Veecus account! If every Veecus member does this, the remaining projects can be  financed in no time.
  • Organize a fundraising campaign: It’s as easy as 1-2-3 – Just go to the tab called ACT and select one of two types of fundraising campaigns:
    • either a « closed » campaign, for a specific event with an end date (like a birth date),
    • or an « open » campaign, that will end as and when the project is fully financed.

    After completing the campaign details, you will be given a link for it. It’s then just a matter for you to spread it around as widely as you can. Each time someone uses your link to finance the project you will receive a message advising you of their loan, so that you can personally thank them! You will also be able to track your fundraising campaigns online, via your Veecus account.

Looking for an original gift this year? Look no further…

If you are looking for a different and original gift this year, Veecus is an excellent way to be twice as useful!

  • First, organize a fundraising campaign in the name of the relative you would like give this gift too. Organizing a fundraiser will allow friends and family to participate with you,
  • Next, when the micro-entrepreneur has reimbursed the loan, your relative can decide to either request a refund (to purchase a personal present) or better, to simply reinvest the money with a new Veecus project.

Not only is this gift much better than your standard gift voucher, it will also makes four of us happy: your relative, you, the micro-entrepreneur, and of course Veecus!

So! What are you waiting for? Click here and organize your fundraiser today!

Newsroom

A number of you have most certainly heard or read in the media about recent and unfortunate events around problems in microfinance in India and elsewhere. We should not ignore these issues, as they do raise questions and require answers and actions from all stakeholders. However, one answer is definitely not to stop or slow down the growth of microfinance, quite the opposite. Instead, we should focus back to the fundamentals of microfinance namely providing access to financial services for those who do not have it (or barely, at prohibitive costs). Microfinance is meant to finance an economic activity (a project), thanks to which the entrepreneur will be able to improve his or her family’s social and economical situation. Microfinance is not meant to be another way to finance the purchase of everyday goods and services, definitely not. Using microfinance for such purpose would only make the recipients poorer by increasing the cost of such goods (because of the interest burden).

Did you know?

Veecus can be exported. Yes, you can easily create your own banner, complete with motivations, comments, objectives etc. You can customize teh banner with your own background colors and define scrolling patterns for the Veecus projects. Once you are satisfied on the look and feel of your banner, you will be provided with the source code for the banner, and you can then place it on your Facebook page, Twitter account or any blog or webiste. This is a perfect way to let everyone know about your commitment and spread the word out about Veecus. The banner is automatically updated with new projects whenever loans are completed. Click here to register and log in to create your Veecus banner.

Our first Corporate members

We announced it in October, it’s now a done deal. The Tree Hub SA and DJR Sarl have started to finance a number of projects along your side on the Veecus platform. You can easily identify them through their logos (in place of pictures). In their own way, they are also going to start "spreading the word" through their business networks and make Veecus grow faster:

  • The Tree Hub uses funds collected through its educational games. Right now, these are still small amounts. However, the objective is for Veecus to benefit from the success of the games. Have a look yourself at the Forest’Oh ! Land online game?
  • DJR has included microfinance in its Corporate Social Responsibility (CSR) program, as it believes that it must include environmental, social and economic components. It will also actively encourage its business partners to join Veecus and take action! A first client has already indicated interest in the idea, let’s hope they join in soon too.

If you would like your employer, or your own company, to join as a Veecus Corporate, wait no longer ! Give us their contact details and we will be in touch with them to explain our Corporate Services offer.

Our local microfinance partners:

vssu CBIRD Oasis Microfinance Microfinance

Nouvelles: Novembre - Décembre 2010

Il nous reste encore des prêts
en cours de financement…

Catherine Njomo à besoin de vous, cliquz içi pour prèter avec Veecus microcredit...

Jackqueline Langmia à besoin de vous, cliquz içi pour prèter avec Veecus microcredit...

Linda Adudeh à besoin de vous, cliquz içi pour prèter avec Veecus microcredit...

Prenez action aujourd'hui, cliquz içi pour prèter avec Veecus microcredit...

Merci et Félicitations !!! Comme annoncé dans notre Lettre du mois d’octobre, l’activité reprend rapidement sur Veecus. Ainsi, 10 nouveaux prêts ont été approuvés, dont 60% sont déjà entièrement financés ! Grâce à vous, les choses bougent. De plus, parmi ceux-ci, figuraient les premiers prêts de notre nouveau partenaire X-Microfinance, actif au Pérou. Votre motivation et rapidité les ont agréablement surpris.

Toutefois, il nous reste encore 4 prêts en cours de financement, au Cameroun. Comme vous le savez, un prêt est soumis pour financement pendant 2 mois environ. Il serait dommage de ne pas pouvoir atteindre cet objectif et de devoir les rejeter. Pourquoi ne pas utiliser les outils Veecus mis à votre disposition pour nous aider dans ce défi :

  • Réutilisez les fonds qui vous sont remboursés sur votre compte Veecus pour soutenir de nouveaux micro-entrepreneurs. Si tous les participants Veecus le font, ces 5 prêts seront immédiatement financés ! Cliquez içi pour réutiliser vos fonds maintenant.
  • Organisez une collecte. C’est très simple et très facile – allez sur l’onglet AGIR et choisissez un type de collecte :
    • soit une collecte « fermée », pour un évènement spécifique et avec une date de fin
    • soit une collecte « ouverte », qui se termine une fois le prêt entièrement financé

    Quand vous avez terminé de compléter les quelques informations demandées concernant votre collecte, vous recevez un lien vers celle-ci (vous lui avez donné un nom) et vous le faites alors circuler dans votre entourage. Chaque fois qu’une personne fera un prêt via votre lien, vous en serez averti et vous pourrez ainsi les en féliciter directement ! De plus, vous pourrez suivre l’avancement de votre collecte directement sur le site Veecus.

Un cadeau doublement utile !

En cette période de fin d’année, un prêt Veecus est un excellent moyen de faire un cadeau doublement utile !

  • D’abord vous financer au nom d’un de vos proches un projet de micro-entrepreneur, pour le montant que vous souhaitez lui offrir (vous avez la possibilité de le faire à plusieurs, via une collecte),
  • Ensuite, après le remboursement du financement, votre proche pourra soit vous demander de récupérer ce montant ou bien de le réinjecter dans un nouveau projet. N’est-ce pas plus original que de donner un simple certificat cadeau ?!

Quatre heureux d’un seul et même geste : le micro-entrepreneur, votre proche, vous, et Veecus bien sur !

Bonne idée !? Cliquez ici pour financer un projet aujourd’hui.

Actualité

Nombre d’entre vous aurons certainement lu, entendu ou vu ces dernières semaines des articles ou des émissions concernant la microfinance et ses possibles dérives. Ne fuyons pas la question, car tous les acteurs de la microfinance en sont conscients et travaillent à éviter ce genre de situation. Mais la réponse n’est pas de diminuer l’arrivée de fonds dans ce secteur, au contraire, mais plutôt d’en revenir aux fondamentaux du microcrédit c’est-à-dire l’accès à des services financiers pour des populations qui n’y ont pas droit (ou difficilement). La microfinance,c’est la possibilité de financer une activité économique qui elle, permettra au micro-entrepreneur et sa famille d’améliorer leur situation sociale et économique. Ce n’est surtout pas un autre moyen pour financer l’achat des biens de consommation. Au contraire, utiliser la microfinance à cette fin revient à appauvrir encore plus les personnes, en imposant un coût important (les intérêts) au prix initial du bien.

Le saviez-vous

Veecus s’exporte ! En effet, vous pouvez facilement vous créer votre propre bannière, en y mettant vos motivations et objectifs de participation dans Veecus, vos couleurs, et surtout, en y rattachant des projets Veecus. Ensuite, vous placer cette bannière sur votre page Facebook, Twitter, dans votre blog ou tout autre média qui vous est proche. La bannière sera mise à jour automatiquement avec des nouveaux projets Veecus au fur et à mesure qu’ils sont financés ! Cliquez içi pour entré dans votre compte Veecus, créer votre bannière.

Nos nouveaux participants Corporate

Nous vous l’avions annoncé en Octobre, c’est maintenant chose faite. The Tree Hub et DJR ont  commencé à soutenir quelques entrepreneurs à vos côtés. Vous pouvez les identifier grâce à leurs logos en lieu et place de photos. A leur manière, ils veulent permettre d’étendre le réseau de participants Veecus :

  • The Tree Hub utilise les fonds collectés avec leur jeux éducatifs. Pour l’instant ce sont de modestes moyens, mais l’objectif est bien sur de faire profiter au maximum Veecus du succès de ces jeux. Allez-voir le site et inscrivez-vous au jeu Forest’Oh ! Land
  • DJR a intégré Veecus dans le cadre de son programme de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE), et encourage ses clients à participer eux aussi. Déjà, un premier client s’est montré intéressé. A eux d’agir maintenant !

Si de votre côté vous souhaitez faire participer votre employeur, ou votre propre entreprise, n’hésitez plus. Donnez-nous leurs coordonnées et nous les recontacterons avec notre offre de service Corporate.

Nos partenaires locaux en microfinance

vssu CBIRD Oasis Microfinance Microfinance

CBIRD: A la rencontre des entrepreneurs

Il est 8h00 du matin, il fait déjà bien chaud et nous partons en moto avec l’agent de crédit pour rencontrer des bénéficiaires. Un peu de vent pour se rafraîchir, rien de tel pour commencer la journée ! Questionnaires à la main, nous arrivons ainsi chez un premier bénéficiaire.

L’ambiance est très décontractée et courtoise, nous sommes accueillis comme il se doit et déjà le reste de la famille se rassemble pour venir assister à l’entretien. Si de prime abord ils ne comprennent pas trop ce qu’un occidental fait ici, l’agent de crédit s’empresse de me présenter et d’expliquer la raison de ma venue. Un entretien dure en moyenne une demie heure et porte d’abord sur la nature de l’activité génératrice de revenus, puis sur l’utilisation faite de l’emprunt et enfin sur les conditions de vie de l’ensemble du foyer et leur évolution. Le but est alors d’associer et de comparer les différentes réponses entre elles afin de mieux comprendre l’intérêt du micro crédit pour le bénéficiaire et ce que cela lui permet réellement de faire. L’agent de crédit fait la traduction mais je m’efforce toujours de dire un mot ou deux en khmer juste pour montrer aux bénéficiaires que je ne suis pas un touriste et que j’essaye vraiment de m’acculturer, par respect, mais aussi pour mieux les comprendre et ainsi m’en rapprocher.

L'agent de crédit, chez un bénéficiaire

L'agent de crédit, chez un bénéficiaire

Rencontrer les bénéficiaires est donc toujours intéressant car cela permet de rencontrer à chaque fois un peu mieux le pays et ainsi de mieux en comprendre le fonctionnement. C’est d’ailleurs bien utile en matière de micro finance car pour comprendre l’utilisation du crédit, il faut comprendre les us et coutumes locales. Par exemple, la théorie en micro finance recommande vivement les prêts en groupe et l’entraide. Mais au Cambodge ce n’est pas très appliqué car la culture n’est pas la même. J’ai d’ailleurs pu confirmer cela au contact d’autres IMF que j’ai eues l’occasion de rencontrer. C’est comme ça, il faut que cela soit naturel. Peut-être est-ce dû au passé mais les gens ne ressentent pas toujours l’utilité de l’emprunt en groupe car pour eux, ils ne sont jamais seuls et vivent naturellement en groupe. Ainsi quand je pose des questions à un bénéficiaire en particulier, il y a souvent une large partie du voisinage qui est là et qui répond même parfois à sa place. C’est un peu comme si tous faisaient partie de la même famille. Cela n’est pas vrai dans tous les cas mais je dois dire que je trouve la population cambodgienne très fraternelle et très altruiste.

Une activité génératrice de revenus

Un exemple d'activité génératrice de revenus

Ainsi la rencontre des bénéficiaires est toujours un moment de partage culturel et de recherche d’une meilleure compréhension de l’autre. Je regrette simplement de ne pas plus parler le khmer pour pouvoir faire l’entretien sans traduction et ainsi être plus proche de mes interlocuteurs, mais c’est déjà bien de pouvoir les rencontrer chez eux, voir leur maison, leur activité et leur famille. En plus, l’information étant souvent incertaine, c’est un bon moyen de la vérifier en constatant visuellement les dires.

C’est donc une grande richesse pour moi que de pouvoir rencontrer tous ces gens là car cela me permet de vraiment comprendre la micro finance et son application sur le terrain. Sortir de la théorie pour comprendre l’application et ainsi comparer les écarts. Enfin c’est un excellent moyen de comprendre un pays, de voir comment il vit, comment il évolue et quelles sont ses perspectives d’avenir. D’avoir non plus un regard touristique sur le Cambodge, mais celui d’un « habitant ». Le Cambodge est ainsi un pays magnifique qui a la chance d’avoir une population fraternisée par son passé tragique et qui a la volonté de se relever. La pire des tragédies a donc laissé sa place à la fraternité et à l’humilité permettant à d’anciens khmers rouges de pouvoir vivre parmi le reste de la population sans aucune gène et sans différences sociales. Il semble ainsi qu’une telle tragédie a fait naître une forte espérance laquelle joue un véritable rôle de moteur dans la reconstruction du pays.

Entretien avec une bénéficiaire

Rencontre d'une bénéficiaire

Étant volontaire depuis 4 mois, j’ai pu rencontrer 74 bénéficiaires et ainsi faire une analyse des données collectées me permettant maintenant de rédiger un rapport. Il me reste trois semaines pour le faire avant de rentrer en France. Cette expérience aura été très intéressante et enrichissante pour moi et m’a ainsi permis de bien comprendre le fonctionnement de la micro finance. Je remercie donc vivement Veecus et CBIRD pour m’avoir offert cette très bonne opportunité !

Romaric Janssen

Une vie de volontaire à Battambang:

Après bientôt 3 mois de volontariat pour CBIRD MFI à Battambang, je vous invite à découvrir les joies de la paisible vie que j’aie ici.

Battambang est une ville plutôt petite, encore peu développée par rapport à la capitale ou aux autres villes plus touristiques du Cambodge, et la sérénité semble être le mot d’ordre. Non pas que la ville soit particulièrement calme, car il y a toujours du bruit entre la circulation, les travaux (Battambang est une ville en plein essor), les pagodes et les mariages, mais la vie y est particulièrement paisible notamment grâce aux espaces verts, à ses quais, et à la simplicité de la vie locale.

Le Tonlé Sap

Et au milieu coule une rivière

Tuk-Tuk

Tuk-Tuk

Si le travail me prend la majeure partie de la journée, de 7h30 à 16h30, cela me donne du temps pour rentrer tranquillement en vélo, profiter du marché local, de la piscine et de mon hamac suspendu sur ma terrasse. J’habite donc dans une maison assez confortable que je partage avec deux autres volontaires ce qui donne un peu d’animation. Cela me permet aussi de bien rentrer en contact avec la communauté locale d’expatriés qui me permet de rencontrer des personnes de tous horizons, travaillant dans diverses organisations et parlant des langues très variées. L’anglais devient donc la langue de référence et cela nous permet de partager de bons moments le soir dans les rares bars un peu animés. Car si Battambang est assez vivante dans la journée, à partir de 20h, il n’y a plus grand monde dans les rues. Le marché central est vide, laissé aux bons soins des cafards, des rats et des chiens errants qui font le ménage des différents restes alimentaires de la journée. La soirée est donc paisible elle aussi et se déroule régulièrement autour d’une table de billard et de quelques bières bien fraîches qui sont un véritable bonheur par cette chaleur étouffante.

Outre la vie nocturne il fait bon de rester à Battambang le week-end, de profiter de la piscine pour faire un peu de sport (n’imaginez pas vous baigner pour vous rafraîchir car l’eau est à 35°c) puis de se faire masser, d’aller se balader en vélo dans la campagne environnante, ou tout simplement d’aller manger un poulet grillé sur les bords de la rivière, un régal pour les papilles ! Ah l’aspect culinaire, voilà un point qui mérite de l’attention pour le gourmet que je suis. La cuisine khmère est délicieuse notamment via son riz et ses nouilles sautées, sa viande grillée et ses bananes flambées. Mais je dois dire qu’un bon dîner français est parfois très bienvenu ! Pour cela pas de problème, il suffit de filer au marché, d’acheter des légumes, de la viande, il y a même des pommes de terre, puis de passer à la seule épicerie qui a des produits occidentaux pour acheter des pâtes bien de chez nous, du chocolat, du Nutella, et même du vin pour les amateurs de vin conservé à température ambiante, à la lumière, depuis quelques années… De retour à la maison c’est donc parti pour de délicieuses « patates sautées », de bonnes omelettes ou encore des ratatouilles aux légumes frais. C’est sûr, ce n’est pas de la grande cuisine mais on fait avec les moyens locaux car nous ne disposons que d’un réchaud à gaz idéal pour le camping, alors pas pratique de cuisiner un pot-au-feu, une choucroute garnie ou un gratin dauphinois. Nous faisons avec ce que nous avons et cela change toujours du riz ce qui n’est pas pour déplaire !

Le marché central

Le marché central

Acheter de la viande
Acheter de la viande

Tout se passe donc très bien et si je devais résumer l’ensemble de ma vie à Battambang en un seul mot, je choisirais sans doute le mot « détente ». En effet, une fois le travail organisé et le rythme calé, tout s’enchaîne très naturellement de manière agréable et détendue, bien loin du stress parisien, du métro (encore !) en grève, de la grisaille, du béton, de la pollution… Mais bien loin aussi de la France, de ses 400 fromages, de son vin, de son art et sa joie de vivre, du caractère de ses habitants, de son climat tempéré (c’est-à-dire un climat où l’on respire !) et de tout ce qui fait son charme et qui manque parfois à Battambang !!

Romaric Janssen

AGEFI Hebdo: Veecus et le peer-to-peer

Un article dans l’AGEFI Hebdo, magazine des professionnels de la finance, est paru jeudi dernier.

agefi

Nous y évoquons notamment l’essor du peer-to-peer dans le domaine financier. Les sites comme Prosper, Virgin Money ou Zopa aux Etats-Unis se développent depuis quelques années.D’autres sites en France comme Veecus commencent à émerger.

L’objectif du peer-to-peer (« entre pairs » en français) est tout simple : permettre aux particuliers de se prêter des sommes d’argent modestes afin de financer des projets.

C’est une nouvelle forme de placements qui a pour but de fluidifier les échanges d’argent. Cela n’a pas vocation à remplacer les banques, mais bien à offrir une alternative aux personnes souhaitant placer leur argent différemment. Pour les porteurs de projets, c’est aussi l’opportunité de bénéficier d’une nouvelle source de financement.

Veecus souhaite développer cette activité en France, pour cela il faut bien sûr un accord avec une banque car la profession est réglementée… N’est pas banquier qui veut !

Voici l’article paru dans l’AGEFI Hebdo, Veecus est mentionné en page 2 (paragraphe en gras).

Veecus_AGEFI_Hebdo_Avril_2010

N’hésitez pas à échanger avec nous si vous aussi vous êtes intéressés par le peer-to-peer !

Evaluer l’impact du micro crédit au Cambodge

CBIRD

Siège de CBIRD à Battambang

Cela fait déjà environ un mois que je suis arrivé à Battambang où je reste pour 5 mois comme volontaire pour CBIRD, l’IMF partenaire de Veecus au Cambodge, que mon prédécesseur Antoine a très bien présentée dans ses articles. Etudiant en master 2 « Corporate Finance » à l’ESSCA, je réalise ici mon stage de fin d’école avec pour mission de réaliser une évaluation de l’impact du micro crédit auprès des bénéficiaires. Il ne s’agit donc pas d’évaluer l’impact sociétal de l’IMF, mais vraiment celui du micro crédit au sens économique et social le plus local. Pas question donc de rester derrière un bureau pour cela, il me faut aller me confronter à la réalité de ce qu’il se fait, rencontrer les clients, les interroger, visiter leur maison, leur activité… en somme, passer beaucoup de temps sur le terrain.

sokhien-yart1

Sokhien, une cliente Veecus rencontrée

Tout commence donc par la création d’un questionnaire approprié et pertinent que je vais pouvoir utiliser sur le terrain. N’étant pas bilingue en khmer, la première difficulté est celle de la langue. Dès le début j’ai donc focalisé l’attention de CBIRD sur ce point pour ne pas aller sur le terrain sans le responsable RH qui parle bien anglais. Une fois la première version du questionnaire prête, je pars donc le tester auprès de 5 clients pour voir les qualités et les défauts dudit questionnaire. Eh oui, car il est très important de s’adapter. On ne peut pas arriver vers les clients avec un questionnaire occidental. En théorie, je devrais faire une réelle analyse financière de la partie business, et une analyse sociétale complète du foyer. Il me faudrait donc constituer au travers de mes questions un bilan financier, un compte de résultat, un diagnostique nutritionnel, hygiénique, énergétique et humain. Oui, mais cela n’est pas possible ici. L’information n’est pas suffisamment fiable, les chiffres manquent, il n’y a aucun document écrit, et quand le bénéficiaire a effectué son premier emprunt il y parfois 10 ans, il est difficile pour lui de se souvenir de la situation ex ante.

La clef de la mission est donc l’adaptation et pour cela quoi de mieux que d’aller déjà voir comment cela se passe sur le terrain ? J’ai donc été voir et j’ai vite compris que mon questionnaire n’était pas tout à fait adapté. Après avoir pu visiter un échantillon de clients, je l’ai donc refait et normalement la nouvelle version devrait tenir la route. J’ai donc évité toutes les questions fermées car la culture locale est de répondre toujours « oui » dans ce genre de questions. Le questionnaire est organisé en deux parties, une partie « business » et une partie « habitat ». Les questions sont simples, directes, terre-à-terre et se basent sur le quotidien de l’activité et du mode de vie.

Par ailleurs, ma mission étant une évaluation d’impact, il me faut analyser l’évolution de la situation. Pour cela j’ai donc décidé d’effectuer une comparaison intra-bénéficiaire entre la situation passée et la situation présente combinée à une comparaison inter-bénéficiaires en fonction de leur ancienneté. Je vais donc séparer les bénéficiaires par groupe entre les nouveaux (moins d’un an), les intermédiaires (entre 1 et 3 ans) et les anciens (plus de 3 ans). Je ferai alors une première étude dans laquelle je comparerai la situation passée et présente pour chacun. Cela mettra en évidence certaines évolutions que je pourrai alors comparer avec les autres groupes. Un dernier moyen plus macro économique pourra être de lisser toutes ces informations, par secteur d’activité, en fonction de l’évolution nationale de ces secteurs. J’ai donc décidé de rencontrer une centaine de clients également répartis entre chaque groupe. Comme je le disais, il est très difficile d’avoir des chiffres et des résultats. Cela exclue donc en partie la méthodologie quantitative de l’étude et il me faut donc plutôt jouer sur le qualitatif.

Maintenant que toute cette méthodologie est bien cadrée et définie, je vais pouvoir la mettre en application dès cette semaine si les visites prévues sont confirmées. Oui, car le dernier obstacle ici est celui du fossé existant entre ce que l’on dit que l’on fait et ce que l’on fait vraiment. Cela fait partie de la culture locale et encore une fois je dois m’adapter. En théorie, donc, je devrais rencontrer 9 clients cette semaine. En réalité, je ne saurai que vendredi soir si cela est confirmé !!

Mais je suis assez confiant pour la suite et même si je fais en 5 mois ce que j’aurai pu faire en 3, l’important reste le résultat qui devrait a priori être intéressant.

Suite au prochain épisode donc, quand j’aurai rencontré déjà quelques clients et que j’y verrai plus clair !

Romaric Janssen

Financethic et les prêts solidaires Veecus

Nous avons rencontré Nicolas Pilikian, un des associés de Financethic. Spécialiste de la gestion de portefeuille, il a d’abord travaillé dans différentes banques avant de participer à la création de Financethic, cabinet dédié ISR.

logo_financethic1

Financethic est en effet une société de gestion dédiée aux produits d’investissement socialement responsable. Financethic fournit des services de conseil en gestion de patrimoine personnalisés. L’objectif de Financethic se rapproche de la notion de « performance globale » (financière mais aussi sociale et environnementale) qui est mise en avant par les Entrepreneurs d’Avenir dont Veecus fait partie. Financethic est présent dans toute la France au travers de ses partenaires régionaux sélectionnés pour leurs expertises.
Financethic a décidé de proposer à ses clients les prêts solidaires Veecus comme solution alternative de placement.

A propos de l’SIR :

L’investissement socialement responsable (ISR) s’est particulièrement développé depuis une dizaine d’années. Ce type d’investissement vise à intégrer des critères extra-financiers dans l’évaluation des opportunités d’investissement.

L’investissement socialement responsable privilégie les entreprises ou Etats les plus performants sur des critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance (ESG). L’investissement socialement responsable s’est d’abord développé sur des critères d’exclusion : ne pas investir, sur la base de critères moraux ou religieux, dans certains secteurs comme l’armement, le jeu, le tabac …

Pour aller plus loin, il existe aussi des fonds investis dans des entreprises ayant un impact positif sur l’environnement, la santé, la gestion de l’eau, etc… Enfin, certains fonds permettent de donner à une association une partie des gains, tandis que d’autres sont dédiés à l’investissement dans les entreprises de l’économie sociale et solidaire (entreprises d’insertion, initiatives favorisant le développement dans les pays du Sud). Cette dernière catégorie de placements est identifiée par Finansol qui attribue un label d’épargne solidaire, comme les prêts Veecus !

Ethique et entreprise : enjeux et impact

Voici le compte rendu de la conférence que nous avons organisé à Science mardi dernier (le 16 mars).
Nous avons filmé la conférence que nous mettrons très prochainement en ligne.

Depuis plusieurs années les entreprises ont investi le champ de l’éthique, pour répondre aux attentes croissantes du public dans ce domaine.
La conférence organisée à Sciences Po le 16 mars 2010 par Finequity et Veecus avait deux objectifs principaux :
- Il semblait d’une part utile de situer les rapports entre éthique et entreprise dans le contexte global de prise de conscience par les consommateurs, les politiques et le grand public des enjeux sociétaux, environnementaux et de gouvernance.

- D’autre part, les entreprises qui prennent concrètement en compte l’éthique dans leur activité sont de plus en plus nombreuses. La conférence a donc été l’occasion d’évoquer deux exemples précis, celui d’une société d’investissement spécialisée, et celui d’un grand groupe industriel aux pratiques innovantes.

L’évaluation de la performance sociale et environnementale des entreprises est difficile. Elle passe souvent par la conformité à des normes et principes édictés par les instances politiques le plus souvent internationales. Le caractère parfois contraignant de ces normes mais surtout l’évolution des attentes des consommateurs poussent les entreprises à élargir le champ de leurs objectifs, en vue d’une responsabilité sociale et environnementale accrue.
Dans le secteur financier, cette évolution se traduit de manière marquante par la croissance forte de l’investissement socialement responsable ces dernières années. Les encours ont ainsi augmenté de 37% entre 2007 et 2008 sur ce secteur, privilégiant les entreprises engagées dans une démarche de responsabilité sociale.

Jérémy Hajdenberg, responsable d’investissement chez Investisseur et Partenaire, a donné un exemple concret d’entreprise impliquée dans une démarche éthique. Cette société financière est exclusivement dédiée à l’investissement dans les petites et moyennes entreprises en Afrique, notamment sur le secteur de la microfinance. La charte mise en place par I & P fait place aux principes éthiques, et le suivi et l’accompagnement des entreprises partenaires sur le terrain est essentiel, tout en gardant comme ligne de mire l’impératif de rentabilité des investissements. Comme l’a précisé J. Hajdenberg, le fait d’investir en Afrique ou dans la microfinance n’est pas éthique en soi, l’utilité sociale des projets doit être soigneusement examinée. Pour I &P, cette utilité sociale s’examine notamment à l’aune du développement économique local généré par l’investissement.

L’originalité de Danone, grand groupe agroalimentaire impliqué dans une démarche active de responsabilité sociale, se traduit par le développement de projets innovants de « social business ». C’est la rencontre de Franck Riboud, PDG de Danone, et Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix et inventeur du microcrédit moderne, qui est à l’origine de cette initiative originale. A travers le projet Danone Communities, le groupe soutient ainsi des entreprises à forte utilité sociale dans des pays en développement, en apportant son expertise sur les secteurs de l’eau et des produits laitiers. L’objectif pour Danone est d’explorer de nouveaux marchés, d’approcher une clientèle pauvre jusqu’ici mal servie, en leur fournissant des produits de qualité à bas coût par des pratiques de production et de commercialisation innovantes. Danone démontre ainsi que la « base de la pyramide » offre des opportunités réelles pour un groupe de dimension mondiale